La Toundra toujours dans la course // Visite des Flying Cows à Montréal

La défaite crève-cœur de 95-97 contre les Newfoundland Rogues aura évidemment fait mal, surtout que tout s’est décidé dans les dernières secondes du match. La Talonnade sera présente à nouveau pour le match de ce dimanche 18 février à 14h, au Centre Pierre-Charbonneau, dans le quartier Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Les Frederick Flying Cows jouent dans The Basketball League (TBL) et considèrent bizarrement ce match comme leur 1er match présaison…il faut admettre que c’est un peu étrange, car l’intensité ne sera assurément pas la même chez les 2 équipes. La Toundra de Montréal a besoin de cette victoire pour se reconstruire un nouveau momentum, à la suite de la belle victoire de 101-104 en visite chez les KW Titans.

Résumé de la défaite de 95-97 contre les Rogues de Terre-Neuve

J’arrive juste à temps pour la fin du match entre l’Académie de Lennoxville et celle du Collège St-Jean-Vianney. Énorme idée de la part de la Toundra d’invité ses 2 équipes à disputer un match chez eux, où les partisans pouvaient arriver plus tôt pour assister au programme double. Un peu comme un préambule à ce qu’on allait voir ce soir, le match se décide aussi à la toute fin de la rencontre, par une victoire de justesse de 70-71 pour le collège situé à Rivière-des-Prairies.

Place au réchauffement des joueurs et à l’arrivée progressive des spectateurs dans l’édifice. Rapidement, comme toujours, on sent l’appuie des gens, indéniablement fidèle depuis le début de la saison. Quelques choses attirent rapidement mon attention vers les joueurs des Rogues, leur #0 est assez petit de taille! Ironiquement, il sera le joueur le plus utilisé entre les 2 équipes, avec un grand total de 40 minutes, en plus d’ajouter quand même 18 points.

Le match commence et les joueurs semblent précipiter leur geste, vraisemblablement nerveux. La Toundra de Montréal tire rapidement de l’arrière 3-9, l’entraîneur des locaux, Damian Buckley, prend un temps d’arrêt pour resserrer les troupes.

L’imprécision est toujours à l’honneur, autant chez les montréalais que les newfies. Beaucoup de gaspillage, on verra si ça s’améliore au 2e quart. C’est tout de même 14-26 pour les Rogues, qui dominent!

Sans attendre, Montréal revient tranquillement dans le match, surtout aidé par le grand nombre de lancers manqués par le club de Saint-Jean-de-Terre-Neuve, mais ce n’est pas assez. Les déchets sont omniprésents, c’est comme si rien ne voulait rentrer, de chaque côté! C’est 34-48 à la mi-temps…

Au retour de la pause, les Rogues reviennent très animés, le #3 et meilleur pointeur de leur côté William Brown, réussit un magnifique dunk. Du côté de la Toundra, on peut dire merci au #15 Corey Boyd, toujours aussi bon et constant, s’installant de plus en plus comme l’un des meilleurs joueurs du club. Ce n’est vraiment pas le match du #7 Dewrell Tisdale Jr, tout comme le #6 Philip Flory, qui ne semble cependant pas totalement remis d’une blessure, subit vers la fin du mois de janvier.

Le #8 des Rogues Lewis Djonkam est très solide, en plus d’être un bon motivateur auprès de ses coéquipiers.

Le momentum change en un instant…Philip Flory réussit un lancer de 3 points, qui réveille complètement la foule du Centre Pierre-Charbonneau. Le #14 Antoine Mason continue avec un puissant rebond, régalant les spectateurs. Tout d’un coup, c’est 57-61. Fin du 3e quart vraiment enflammé, la Toundra se bat d’égal à égal contre l’excellente équipe des Maritimes.

Notre #13 Levi Londole réussit à son tour un important tir de 3 points, lui qui connaissant un match assez timide jusqu’à présent. Les succès de l’équipe passent principalement par lui!

L’annonceur maison continue de dire Du Toundra, de parler de l’équipe au masculin. Il faudrait lui dire que la Toundra c’est féminin! Rendu au 5e match à domicile, c’est étrange.

La Toundra se bat, surtout guidée par Corey Boyd, qui connait encore une fois tout un match. C’est 83-85 avec 5 :10 à jouer. Les joueurs demandent au public de les encourager et ça fonctionne, la Toundra de Montréal parvient à prendre les devants 86-85! Comme d’habitude, notre #1 Mambi Diawara offre une solide prestation, organisant toujours aussi bien les siens. Il grandit au fur et à mesure que la saison avance, à surveiller!

La fin du match est enlevante. Impossible de prendre des notes, les équipes s’échangent les devants continuellement. Malgré avoir marqué 61 points contre 49 points en 2e mi-temps, la 1ère aura réellement fait trop mal. La Toundra est incapable d’en faire plus et les Rogues repartiront à Saint-Jean avec une précieuse victoire.

Les 3 meilleurs pointeurs de Montréal auront été Corey Boyd avec 22 points, Antoine Mason avec 21 points et Mambi Diawara avec 19 points.

Prochain match à domicile le dimanche 25 février à 14h contre les KW Titans, la Toundra aura visité entre temps le Sudbury Five lundi le 19 février.

Allez la Toundra!

En pleine ascension // La Toundra vise une 3e victoire de suite

Le vent a tourné et la Toundra de Montréal peut enfin oublier un mois de janvier épineux. Les 2 victoires de suite, 116-87 contre les Tri-State Admirals (TBL) à domicile et 110-96 contre le puissant Lightning à London ont revigoré une équipe qui avait cruellement besoin de victoires. Ça devenait aussi un peu injuste pour l’excellent public qu’on retrouve au Centre Pierre-Charbonneau match après match.  

Après 9 matchs en janvier (fiche de 3 -6), la Toundra dispute 5 matchs en février, dont 3 à domicile : le vendredi 9 contre les Newfoundland Rogues, le dimanche 18 contre les Albany Patroons (TBL) et le dimanche 25 contre les KW Titans.

Résumé du dernier match à la maison (26 janvier) // Belle victoire de 116-87 contre les Tri-State Admirals

Le temps est plus clément, est-ce l’odeur de la victoire? Le public est très énergétique et très présent, on ne pourrait jamais deviner que l’équipe n’a qu’une victoire jusqu’à présent cette saison. C’est un 1er match intra-ligues pour la Toundra de Montréal et les Tri-State Admirals débutent leur saison. Avant même l’entrée des joueurs sur le terrain, je débute tout de suite avec mon traditionnel pâté jamaïcain, accompagné de la toujours excellente sauce piquante (je salive en écrivant le texte).

1er quart, la Toundra domine, enfin! Plusieurs nouveaux visages ont intégré l’équipe et j’aime bien pour l’instant ce que je vois du nouveau #5 Jahlin Smith, #15 Corey Boyd, #8 Marcus Ottey et le #9 Christopher Galbreath. Le #1 Mambi Diawara participe aussi plus que d’habitude à l’action.

On remarque rapidement que l’équipe du New Jersey est encore en camp d’entrainement, l’exécution étant clairement à désirer tout le long du match. On ne peut cependant rien dire contre leur esprit d’équipe, on voit une très belle chimie dans le camp adverse.

L’action se transporte même tout près de moi. Je vois beaucoup de confusion aux abords du terrain, plusieurs personnes ayant les mêmes sièges désignés. Ce n’est vraiment pas le début de saison difficile qui affecte l’enthousiasme des gens. Tout le monde veut être le plus près possible du terrain.

La 1ère mi- temps se termine tranquillement et Montréal tient le coup, malgré le resserrement dans le pointage. Le #11 des Admirals Javan Johns réalise même un spectaculaire bloc, donnant des ailes au club états-uniens. On peut aussi souligner que nos ténors habituels que sont Antoine Mason, Dewrell Tisdale Jr et Antonio Davis sont plutôt effacés jusqu’à présent.

Le 3e quart débute de la même façon, avec des Mason et Tisdale en manque de chance. Cependant, l’arbitre semble lever le nez sur quelques actions douteuses, favorisant les locaux. La frustration s’empare vivement du banc newyorkais.

La faim et la curiosité me poussent à commander quelques choses d’autres à manger, en plein milieu du 3e quart. Je me laisse tenter par le sandwich au smoke meat, un classique de la ville. Le résultat est excellent, on en a vraiment pour son argent!

Fin du 3e quart et c’est 81-67 pour la Toundra de Montréal, tout roule pour le mieux. Mambi Diawara continue son solide match, profitant quand même de l’adversaire le plus faible cette saison, sans aucun doute.

Mason réussit enfin quelques lancers francs, confirmant cette 2e victoire au Centre Pierre-Charbonneau en 2024. Le match est plié et la tension qu’on sentait dans l’air a complètement disparu. Pour réveiller tout le monde, notre #4 Brandon Beloti s’échappe et réalise un spectaculaire dunk, qu’on peut retrouver sur les Instagram et Facebook de la Basketball Super League. Même Antonio Davis réussi enfin un tir de 3 points, contrairement aux joueurs des Admirals qui auront manqué énormément de paniers faciles.

Tout le monde est tout sourire. Maintenant place au mois de février. Venez jetez un coup d’œil, les billets sont seulement 10$ et les enfants de moins de 12 ans peuvent rentrer gratuitement.

Allez la Toundra!

La guigne de la 2e année? La Toundra de Montréal a pourtant tout pour rebondir

Incapable de prendre une avance confortable, parfois déclassée, la Toundra n’a qu’une victoire en 7 matchs (le 7 janvier contre Sudbury, à domicile). Le duel de ce soir à 19h30 sera un match intra-ligue (The Basketball League) contre un club qui dispute son 1er match de la saison, les Connecticut Crusaders (selon le site web de la Toundra) ou les Tri-State Admirals (selon le site web de la BSL)… Peu importe l’adversaire, c’est le moment parfait pour se redonner confiance avec une solide performance. L’équipe est remplie de talents, mais semble malheureusement malchanceuse, peut-être hantée par la fameuse guigne de la 2e saison.

5 matchs se sont déroulés depuis le dernier article sur La Talonnade. Résultat? 4 défaites à l’extérieur : contre London 122-116, Windsor 105-94, Sudbury 117-86 et KW 104-91, en plus d’une autre défaite à domicile le 14 janvier dernier contre le London Lightning, possiblement encore la meilleure équipe de la ligue.

Voici le compte rendu de mon expérience du 3e match de la saison de la Toundra de Montréal au Centre Pierre-Charbonneau :

Toundra 85 – 96 Lightning

L’effervescence du début de saison semble s’être estompée, la nouvelle tempête dehors n’aidant toujours pas la cause. Le puissant Lightning est en ville, club le plus titré de l’histoire de la défunte National Basketball League of Canada, avec 6 titres en 10 ans.

Début de match pas évident, on sent déjà que les 2 dernières défaites à l’extérieur ont fait mal. À part notre #7 Dewrell Tisdale Jr, la Toundra ne joue pas très bien. Soudainement, un problème technique survient : l’électricité aux alentours du terrain ne fonctionne plus, tout comme l’écran géant! Comme un électrochoc, dès que l’électricité est rétablie, la Toundra reprend du poil de la bête, surtout grâce au #2 Antonio Davis et au #5 Mouhamadou Dioum, le dernier étant personnellement un de mes joueurs préférés. La mi-temps se termine 45-49 et surtout, on sent peut-être enfin que le momentum a changé de côté.

Le 3e quart est âprement disputé et la Toundra arrive même à prendre les devants pendant un court instant. Le 4e quart s’annonce enlevant, comme tous les autres matchs de la saison jusqu’à présent (du moins à domicile). Cependant, c’est là que les champions en titre se réveillent, le niveau d’intensité augmentant drastiquement. L’entraîneur de London, Doug Plumb, s’agite également énormément, prenant part au réveil des siens. Plusieurs joueurs semblent même argumenter entre eux, comme s’ils perdaient le contrôle. Tout le contraire!

Le #7 du Lightning Amir Yusuf connaitra un match du tonnerre avec entre autres un total de 26 points, réellement en pleine possession de ses moyens. Bonne performance aussi du #4 Jeremiah Mordi, mais c’est surtout l’excellent #1 Shadell Millinghaus qui retiendra l’attention, méritant aussi le titre de joueur de la 3e semaine dans la BSL. La Toundra s’incline finalement 85-96, incapable de suivre la cadence des Londoniens.

Les 3 meilleurs pointeurs du match pour la Toundra de Montréal : Antoine Mason (20), Mouhamadou Dioum (19) et Dewrell Tisdale Jr (16).

Expérience culinaire différente

C’est toujours la compagnie Blaze Bite qui s’occupe de la nourriture, mais les excellents pâtés jamaïcains fait par mommy Bolt, disponibles lors des 2 premiers matchs de la saison, avaient été malheureusement remplacés par ces pâtés jamaïcains classiques qu’on retrouve dans les dépanneurs de Montréal. Même la nourriture offerte dans la section VIP avait baissé d’un cran, passant de la panoplie de légumes à de simple nachos. Que s’est-il passé?

Prochain match à domicile?

Après un court voyage d’un match à l’étranger (à London) le dimanche 28 janvier, la Toundra reçoit ensuite le vendredi 9 février les Newfoundland Rogues, club basé à Saint-Jean de Terre-Neuve. L’épuisant mois de janvier sera enfin derrière nous et le tranquille mois de février avec 5 matchs seulement (dont 3 à domicile), pourra être bénéfique pour le club de l’est de Montréal.

Les billets sont toujours au coût de 10$, rendez-vous ce soir et le 9 février à 19h30 au Centre Pierre-Charbonneau, à quelques mètres du métro Viau, sur la ligne verte.

Allez la Toundra!

Spectacle au rendez-vous, la Toundra entame sa 2e semaine avec énormément de confiance

La tâche n’était pas aisée avec la visite du Sudbury Five, 1er au classement de la Basketball Super League, mais la Toundra débute la saison de façon très convaincante. D’abord par une courte défaite de 111-114, puis par une victoire après 2 périodes de prolongation de 126-121.

Samedi soir, les spectateurs se sont déplacés en grand nombre et tous les sièges étaient vendus pour la rentrée 2024. On sentait vraiment quelques choses dans l’air, alors que le froid sévissait à l’extérieur des murs. La Toundra et le Five se sont échangé les devants pendant tout le match, qui s’est finalement décidé au 4e quart, sur les lancers francs. Alors que le #10 de Sudbury Duane Notice les réussissait presque tous, c’était exactement le contraire pour Tafari Beckford, ironiquement aussi le #10 de son équipe. Avec une différence de seulement 3 points à la fin de la partie, c’est précisément ici que le match s’est décidé, malheureusement.

Les meilleurs pointeurs de la Toundra ont été le #13 Levi Londole avec 24 points, suivi de Beckford et du #14 Antoine Mason avec 16 points.

Seulement quelques heures plus tard, les 2 équipes se retrouvent à nouveau pour la revanche, cette fois dans un Centre Pierre-Charbonneau beaucoup moins rempli, la tempête dehors n’aidant évidemment pas la cause. Le match est aussi excitant et la foule est autant de la partie, toujours derrière sa Toundra. On a aussi un certain Tafari Beckford, très inspiré et influent dans le match, désirant jeter aux oubliettes sa contre-performance d’hier sur les lancers francs.

Le match est tellement serré que ça sent la prolongation. La Toundra tire de l’arrière par 3 points et il ne reste que quelques secondes à jouer au 4e quart. Le #2 Antonio Davis prend le ballon, se dirige vers le coin gauche et réussit un tir de 3 points presque improbable, quasiment lancé par chance. Au lieu de terminer avec le même écart que la veille, les 2 équipes en découdront lors de la prolongation. C’est même après 2 prolongations qu’on réussira à séparer les 2 clubs les plus francophones de la BSL, grâce à une victoire de 126-121.

Cette fois-ci, les meilleurs pointeurs ont été Antoine Mason avec 28 points, suivi de Levi Londole avec 20 points et Tafari Beckford avec 19 points.

La saison s’annonce passionnante et la Toundra est vraiment là pour jouer un rôle de premier plan dans la ligue. Il était aussi très plaisant d’apercevoir lors des 2 matchs contre Sudbury Joel Anthony avec Juan Méndez, les 2 directeurs généraux des 2 équipes de basket montréalaises. Une belle camaraderie entre Méndez et Anthony!

Un manque d’informations flagrant

C’est aujourd’hui même, grâce à une parution sur le Facebook de la Basketball Super League, que je réalise que Montréal joue ce soir, en visite chez le London Lightning! Quelle surprise, car ni sur le site web de la Toundra ou sur leur Facebook, il est mention de ce match. En plus de ne pas être à jour (le résultat du dernier match contre Sudbury n’y est même pas encore inscrit), on se rend compte qu’il y a plusieurs différences entre les sites web de la Toundra et de la BSL. Comment est-ce possible? On y voit même que le match du dimanche 21 janvier est contre Windsor, alors que sur le site web de la BSL, c’est contre les KW Titans…

Si on jette un coup d’œil sur les autres réseaux sociaux, ce n’est pas non plus sur Twitter (X) qu’on peut s’informer. La dernière publication date du 23 décembre 2023 et celle d’avant…du 26 mars 2023! C’est donc vraiment sur Instagram que ça se passe, avec effectivement quelques Story repartagé de la BSL, faisant mention du match d’aujourd’hui.

En sommes, rien pour aider des partisans voulant découvrir et en savoir plus sur une nouvelle équipe.  

La Boutique n’offre que quelques t-shirt, hoodies et pantalon de jogging, accompagné d’un service à la clientèle relativement moyen (le gars ne semblait pas bien gérer la petite horde de clients présents devant lui). On ne peut pas non plus y acheter le maillot officiel du club, plutôt étrange!

L’expérience culinaire est excellente

La Toundra frappe complètement dans le mille avec la variété présente au CPC. Que ce soit les excellents pâtés jamaïcains, les plateaux offerts aux sections VIP ou les boissons disponibles, rien n’est laissé au hasard de ce côté.

Prochain match à domicile?

La Toundra dispute 2 matchs à l’extérieur, le jeudi 11 janvier à London (défaite de 122-116) et le vendredi 12 janvier à Windsor, avant de revenir à la maison le dimanche 14 janvier à 14h, pour recevoir les champions en titre de la National Basketball League of Canada, le London Lightning. Les billets sont toujours aussi abordables à 10$. Venez-y jetez un coup d’œil, plaisir garanti!

Allez la Toundra!

C’est quoi au juste, la Toundra de Montréal?

L’Alliance a changé de nom? Et non! L’Alliance va bientôt amorcer sa 3e saison dans la CEBL (Ligue élite canadienne de basketball), à l’Auditorium de Verdun. La Toundra alors? C’est l’autre club professionnel de basket en ville, et oui! Elle s’apprête même à disputer sa 2e saison au Centre Pierre-Charbonneau, à 2 pas du Stade Olympique. Montréal a donc la chance d’être la seule ville canadienne avec 2 équipes professionnelles. *Le cas des Raptors et des 905 est différent, le dernier étant le club-école du premier.

La Toundra évolue cette année dans la Basketball Super League (BSL), nouvelle ligue composée entre autres de 6 équipes canadiennes, basée sur le modèle européen. Prenons le temps de décortiquer le tout.

L’an passé, le club de l’est de la ville jouait dans The Basketball League (TBL), une ligue basée majoritairement aux États-Unis, sauf 3 clubs canadiens : La Toundra, les Newfoundland Rogues et l’Académie d’Alma!

L’excellente académie saguenay-jeannoise disputait ses matchs à Québec, faute d’avoir trouvé un accord avec la ville d’Alma pour cette première saison historique. De plus, on annonçait même dans le Journal de Québec le 6 juin 2023 que les Pionniers de Québec allait prendre part à la Basketball Super League, sous les couleurs de l’Académie d’Alma, mais malheureusement, le collège ne disputera pas la saison 2024…espérons qu’ils reviendront en 2025.

Mais contre qui va jouer la Toundra cette saison? Surtout contre des clubs canadiens, orphelins d’une ligue cette année. La Ligue Nationale de Basketball du Canada (NBL) a mis fin à ses activités au terme de la saison 2022-2023, laissant ses 4 clubs encore en vie avec nulle part où aller : Sudbury Five, London Lightning, KW Titans et Windsor Express. Non, il n’y a pas juste les Raptors (arrivé dans la NBA en 1995) et les équipes de la CEBL au Canada!

Depuis 2011 et parallèlement depuis la création de la CEBL en 2022, la National Basketball League of Canada opérait à travers le Canada, principalement en Ontario en fin de vie, mais jamais à l’ouest de Windsor, avec des équipes à Halifax, Charlottetown, Montréal avec le Jazz ou même à Québec avec les Kebs.

La TBL cherchait une manière de s’inspirer de l’Euroleague, une ligue européenne rassemblant les meilleurs clubs du Vieux-Continent, comme le Real Madrid, le Barça Basket ou le Virtus Bologna, par exemple. C’est ainsi que The Basketball League a implanté une division toute canadienne dans cette Super League, avec comme objectif que ses clubs canadiens affrontent ses confrères états-uniens également.

La Toundra de Montréal ouvre sa saison le 6 (19h) et 7 (14h) janvier 2024 avec un double affrontement contre le Sudbury Five, en visite au Centre-Pierre Carbonneau. Le prochain match à domicile aura lieu le dimanche 14 janvier (14h), alors que le puissant London Lightning, champion en titre de la NBL, sera en ville. Des billets aussi abordables que 10$, c’est un rendez-vous!

Allez la Toundra!

La meilleure finale de l’histoire?

© Business Today

L’excitation est réelle et la nuit est malheureusement trop courte. L’objectif est de retourner à la Conca d’Oro, qui risque d’être aussi remplie que tous les autres endroits susceptibles de diffuser la finale dans la Petite-Italie.

Il faut donc partir assez tôt, mais dès que je mets les pieds en dehors de chez moi, l’atmosphère est plutôt bizarre.

Comme tout nord-américain, je suis habitué de vivre la Coupe du monde en été. Cependant, le froid qui nous frappe, les rues glissantes et les bancs de neiges obstruant des places de stationnement sont partout.

On tourne et tourne en rond, pour finalement constater que la Conca d’Oro est déjà envahie de partisans argentins et la foule commence déjà à se rassembler dehors devant le café, une télé étant placée à l’extérieur. On finit par trouver par chance un espace pour la voiture un peu plus au sud, près de l’avenue de Gaspé. On croise un petit local presque vide où on aurait pu aller facilement s’assoir, mais on décide de remonter jusqu’à la rue Dante et tenter une dernière chance à la Conca d’Oro, pour au moins profiter de l’atmosphère unique d’une finale ici à Montréal, au meilleur endroit possible.

Musique, chants et exclamations nous font oublier l’hiver pendant quelques instants, même si le froid n’est jamais bien loin. Il y a vraiment beaucoup de monde et la qualité de l’écran nous empêche de bien voir lorsqu’on est trop excentré.

La première option tombe à l’eau, le début du match est déjà commencé et il faut trouver un autre endroit rapidement. On marche jusqu’à la rue Saint-Laurent, mais on ne peut entrer nulle part, tellement le match est populaire. On fait demi-tour et décide de revenir finalement vers l’endroit presque vide, le Panino Pazzo, au coin de la rue Saint-Zotique. À notre grande surprise, c’est maintenant presque plein, il n’y a plus aucune place assise et il faut rester debout. On tente quand même notre chance à l’intérieur.

On est rapidement satisfait par l’excellente ambiance et l’offre de bons petits plats italiens, préparés avec soins.

(10h) 18 décembre 2023 : Argentine 3-3; 4-2 France, Lusail Iconic Stadium (88 966 spectateurs), Lusail

Messi (penal) 23’, 108’, Di María 36’, Mbappé (penal) 80’, 81’, (penal) 118’

À peine après avoir reçu mon café, un penal est appelé pour l’Argentine. Qui d’autres que Lionel Messi pour inscrire son 1er but dans une finale de Coupe du monde, après l’échec de 2014 contre l’Allemagne. Le Panino explose, nous faisant comprendre que la majorité des gens prennent pour le pays aux 2 étoiles (ou pour Messi).

Le match est excellent et le niveau est vraiment au rendez-vous, tout comme mon sandwich qui vient d’arriver.

Monsieur Finale frappe à nouveau! Messi relance pour Alexis Mac Allister, qui réussit à rejoindre de justesse Ángel Di María, complétant parfaitement la séquence. Fideo, après avoir marqué lors de la finale olympique des Jeux de Pékin en 2008, de la Copa América 2021 et la Finalissima 2022, marque maintenant lors du match le plus important de sa brillante carrière. La première mi-temps prend fin et on peut enfin respirer, parmi les discussions animées qu’on entend un peu partout autour de nous.

Des places se libèrent et on réussit à s’assoir pour vivre confortablement la 2e mi-temps. La Albiceleste continue de contrôler globalement le jeu, devant une France pas trop dans son assiette aujourd’hui.

D’un côté, le #11 argentin quitte le terrain à la 64e minute sous les applaudissements de la foule, alors que Didier Deschamps réplique à la 71’ en envoyant Kingsley Coman et Eduardo Camavinga, contre Antoine Griezmann (qui dispute son pire match du Mondial, au pire moment) et Theo Hernández.

On approche de la 78e minute et les Bleus ont besoin d’un miracle pour renverser la vapeur. Kylian Mbappé fonce dans la zone de réparation et provoque tout d’un coup un penal, peut-être critique dans cette finale. Comme de fait, le jeune prodige de Bondy trompe de justesse Dibu Martínez, puis enchaîne 94 secondes plus tard un 2e but grâce à une belle association avec Marcus Thuram, profitant cette fois d’un Dibu assez faible. Avec 10 minutes à faire, les 2 équipes sont de nouveau sur un pied d’égalité.

La prolongation débute, on sent émaner énormément d’énergie provenant du stade. Quelle finale, opposant 2 joueurs qui auront déjà marqué ce sport à jamais. Et le spectacle est loin d’être terminé.

Plusieurs changements sont effectués côté argentin contre un seul pour les Français. On voit enfin l’entré en scène de Lautaro Martinez, remplaçant un Julián Álvarez qui n’aura pu reproduire le doublé obtenu en demi-finale contre la Croatie. Un certain Gonzalo Montiel est également envoyé dans la mêlée.

Finalement vers la 108e minutes, les Argentins arrivent en surnombre tout près de Hugo Lloris, et qui d’autre que la Pulga pour redonner l’avance aux siens, inscrivant donc lui aussi un mémorable doublé en finale de Coupe du monde.

À la 115e minute, la France continue à pousser pour revenir et Kylian tente soudainement un tir, qui touche un Argentin. L’arbitre annonce qu’il y a eu main dans la surface! Résultat, un autre penal pour les Bleus et une chance en or pour Mbappé de marqué son 3e but du match. Il déjoue sans peine Dibu et ramène encore les 2 équipes à égalité.

Nous sommes maintenant exactement à 2 minutes et 41 secondes après les 120 minutes jouées. Randel Kolo Muani récupère un long ballon et s’amène devant Martínez, avec Mbappé un peu plus loin à sa gauche. Il tente un tir que Dibu arrête miraculeusement de la jambe gauche, séquence qui sera assurément conservée dans les annales du soccer. Direction les tirs au but…

Mbappé marque son 3e penal du match, pour débuter et donner le ton. Messi réplique immédiatement, répondant bien face à la pression. Kingsley Coman est le suivant, mais est arrêté par le portier argentin, encore une fois solide lorsqu’on a besoin de lui. Paulo Dybala, qui venait tout juste de rentrer quelques minutes auparavant, inscrit son but grâce à une magnifique frappe, pour prendre les devants.

Aurélien Tchouaméni, excellent milieu du Real Madrid, envoie sa frappe complètement hors-carde, ouvrant la voie à la troupe de Lionel Scaloni. Leandro Paredes enchaîne avec un 3e but, mais voit Kolo Muani garder son équipe en vie.

Le latéral droit Gonzalo Montiel est le prochain à s’élancer, choisit le côté gauche et donne finalement la victoire à l’Argentine, une 3e Coupe du monde en 44 ans. Surtout, Lionel Messi remporte finalement sa Coupe du monde tant attendue.

Pendant ce temps, c’était la folie au Panino Pazzo. En me réveillant ce matin, jamais je n’aurais imaginé vivre ça ici, dans un endroit dont je ne connaissais même pas l’existence, et vraiment ça en aura valu la peine!

À suivre,

Bienvenue sur la route 112, qui nous mènera un peu partout autant à Montréal qu’en Montérégie, en passant par l’Estrie et Chaudière-Appalaches! Bienvenue sur La Talonnade en Déplacement!

Un peu plus sur la Petite-Italie

C’est un peu cliché, mais aller à la Piccola Italia, située juste au nord du Mile-End, c’est vraiment comme avoir un avant-goût de l’Italie, tellement le sentiment d’appartenance est fort. Arrivés d’abord dès le 17e siècle à Montréal, c’est surtout depuis 100 ans environs qu’on observe une arrivée massive d’immigrants italiens dans le quartier, venus principalement travailler sur les chemins de fer.

La quantité innombrable de Caffès, Pasticerias et Ristorantes font maintenant le plaisir de tous.

Le marché Jean-Talon est l’une des attractions principales, un marché public quatre-saisons qui n’a plus besoin de présentation.

Un peu plus sur La-Petite-Patrie

Tirant son nom d’un roman de Claude Jasmin parut en 1971, c’est un quartier très majoritairement résidentiel, comprenant plusieurs communautés ethniques : italienne, vietnamienne, indienne et latina.

Le Cinéma Beaubien demeure l’un des lieux cultes des environs.

*Café Conca d’Oro : 184 rue Dante

*Panino Pazzo : 193 rue Saint-Zotique Est

En déplacement sur la 112

1 an après cette Coupe du monde Qatar 2022, je me rappelle très bien comment je ne ressentais aucunement l’excitation habituelle, quelques semaines avant le début de la compétition.

Bien sûr, plusieurs éléments étaient à prendre en considération :

– La non-qualification (encore et encore) du Chili

– Je ne me sens pas trop interpellé par Team Canada

– Tout ce qu’on entendait dans les médias par rapport aux atrocités vécues sur les chantiers de construction

– Ce n’est pas nécessairement un grand pays traditionnel de soccer

– Tous ces faux partisans qui se sont fait payer pour encourager de grandes nations comme la France ou l’Angleterre…

Mais vraiment, ce qui faisait le plus mal, c’était de ne pas être sur place. Après autant d’années consécutives à parcourir des kilomètres autant dans les airs que sur la terre (pour l’Impact de Montréal et la Sélection du Chili), je savais que cette Coupe du monde allait être bizarre.

C’est donc à contre-cœur qu’en pyjama, sur mon laptop chez moi, que j’ai regardé le match d’ouverture entre le pays hôte et un adversaire maintenant connu pour manigancer en arrière-scène (l’histoire Byron Castillo).

(11h) 20 novembre 2022 : Qatar 0-2 Équateur, Al Bayt Stadium (67 372 spectateurs), Al Khor

Valencia (penal) 16’, 31’

Il fallait se rendre à l’évidence : l’excitation a rapidement repris le dessus grâce à la sensationnelle performance d’Enner Valencia! À sens inverse de mon intention initiale, j’avais à nouveau envie de vivre l’effervescence du Mondial comme quand j’étais petit, en appréciant le spectacle présenté devant moi. Je profitais en plus d’un horaire presque parfait, avec seulement les matchs à 5h du matin qui allaient être compliqués.

Je m’attendais à beaucoup plus du Qatar, honnêtement. Je suivais l’équipe nationale depuis maintenant des années, tellement les gestionnaires qataris ont fait un grand travail pour préparer le plus possible la Sélection Nationale, l’envoyant disputer presque toutes les compétitions possibles et obtenant de bons résultats :

– Champions du Championnat de la WAFF 2013 (Asie de l’Ouest)

– Champions de la Coupe d’Asie 2019 (AFC)

– 10e (éliminé dans la phase de groupes) de la Copa América 2019 (CONMEBOL)

– 1/2 finaliste de la Coupe du Golf 2019 et 2023* (AFC)

– 3e et ¼ de finaliste de la Gold Cup 2021 et 2023* (CONCACAF)

– 3e de la Coupe Arabe 2021 (CAN & AFC)

*évidemment, après la Coupe du monde 2022

L’Équateur aura finalement profité du doublé de Valencia pour gagner un match d’ouverture en sommes pas très intéressant, ce qui allait être aussi le début d’un Mondial catastrophique pour le pays hôte.

Peu importe, j’ai tout de suite débuté la planification des prochaines semaines, sans pour autant savoir que le projet allait tourner autour de la route 112. C’est seulement après quelques matchs que l’idée s’est révélée d’elle-même, naturellement.

J’allais pouvoir assouvir ma soif de voyages en visitant d’Ouest en Est toutes les régions touchant à la 112, découvrant des bars ou des cafés où je pourrais m’installer pour voir un match, soit sur mon laptop ou une télévision. Ignorer Montréal était pratiquement impossible, m’amenant même à explorer parfois par hasard quelques endroits mythiques de la ville.

Pour terminer ce premier article, force est de croire qu’un constat intriguant se dresse à l’horizon : au moins 3 endroits ont fermé leurs portes depuis l’an passé…

À suivre.

Bienvenue sur la route 112, qui nous mènera un peu partout autant à Montréal qu’en Montérégie, en passant par l’Estrie et Chaudière-Appalaches! Rebienvenue sur La Talonnade en Déplacement!

Direction l’Amérique du Nord!

La Coupe du monde États-Unis-Canada-Mexique 2026 est déjà à l’horizon des 211 sélections nationales membres de la FIFA. C’est aujourd’hui en Amérique du Sud, toujours reconnue comme ayant les qualifs les plus ardues de la planète, que débute ce long périple. L’objectif? Décrocher l’une des 45 places disponibles pour ce premier Mondial avec autant d’équipes et 3 pays hôtes (déjà qualifiés d’office).

L’augmentation d’équipes, passant de 32 à 48, chamboule évidemment le processus qualificatif dans les 6 confédérations qui voient ainsi l’UEFA passer de 13 à 16 qualifiés, la CONMEBOL de 4,5 à 6,5*, la CONCACAF de 3,5 à 8*, la CAF de 5 à 9,5*, l’AFC de 4,5 à 8,5*, l’OFC de 0,5 à 1,5*. L’Océanie aura donc un représentant assuré pour la première fois de l’histoire!

*les ‘’,5’’ représentent les derniers 2 pays pouvant se qualifier via un tournoi de barrages à 6 équipes qui aura lieu au terme des qualifications en mars 2026*

L’action de cette 23e Coupe du monde se passera majoritairement aux États-Unis (11 stades d’environ 70 000 places ou plus), complétées par 2 villes canadiennes (Toronto et Vancouver) et 3 villes mexicaines (Ville de Mexico, Guadalajara et Monterrey).

Aperçu des matchs de la 1ère journée dans la CONMEBOL

7 septembre 2023

18h30 : Paraguay vs Pérou, Estadio Antonio Aranda (28 000 places), Ciudad del Este

Ce n’est pas dans l’habituel Defensores del Chaco de Asunción que le Paraguay reçoit la Bicolor, mais bien dans le Bastión del Este, où se trouve les célèbres chutes d’Iguaçu et où l’Argentine, le Paraguay et le Brésil se rencontrent.

Le Pérou débute ces 2 premières journées handicapé de 9 joueurs et avec Juan Reynoso comme nouvel entraîneur, avec d’immenses bottes à chausser. L’ère Ricardo Gareca (2015-2022) aura réellement révolutionné le soccer péruvien avec d’excellents résultats en Copa América et en qualifiant le pays pour une historique première Coupe du monde en 36 ans. De leur côté, les Guaranis ne veulent pas rater un 4e Mondial de suite et vont énormément compter sur le talent de Miguel Almirón pour partir du bon pied.

Prédiction : Victoire du Paraguay

19h : Colombie vs Venezuela, Estadio Metropolitano Roberto Meléndez (46 692 places), Barranquilla

Énorme avantage historique des Cafeteros dans ce Classique caribéen contre la Vinotinto alors qu’en 9 affrontements, la Colombie est sortie victorieuse dans 7 matchs pour 1 seule défaite. Cependant, la Colombie n’arrive pas avec son habituelle aura des dernières années et le groupe doit concilier une génération vieillissante et une nouvelle qui frappe à la porte et qui ne veut pas rater à nouveau la Coupe du monde. Néstor Lorenzo, récemment engagé également, fait partie des 7 argentins sélectionneurs d’une équipe dans ces qualifs sudaméricaines.

James Rodríguez et Juan Cuadrado devraient être présent, contrairement à d’autres historiques comme David Ospina ou Radamel Falcao.

De l’autre côté, le Venezuela a l’intention de mélanger les cartes et de se faufiler parmi les 6 ou 7 qualifiés de la zone, appuyé par une belle jeune génération, qui fut d’ailleurs finaliste de la Coupe du monde U-20 2017, défaite en finale par l’Angleterre.

Prédiction : Match nul

20h : Argentine vs Équateur, Estadio Más Monumental (84 567 places), Buenos Aires

Tout est en place pour célébrer à domicile les derniers champions du monde et un certain joueur de l’Inter Miami. L’équipe type de l’Albiceleste devrait être alignée et la tâche ne sera pas aisée pour l’Équateur, lui aussi en transition avec un nouvel entraîneur, le catalan Félix Sánchez Bas, qui a eu un certain succès avec le Qatar ces dernières années.

De plus, la Tri débute son marathon avec une pénalité de 3 points, résultat de toute cette histoire de falsification de documents à propos de la naissance du maintenant célèbre Colombien Byron Castillo, lors de la précédente campagne qualificative. On peut s’attendre à un bon spectacle entre 2 équipes très offensives.

Prédiction : Victoire de l’Argentine

8 septembre

19h : Uruguay vs Chili, Estadio Centenario (60 235 places), Montevideo

La plus belle affiche de cette 1ère journée. D’abord grâce aux retrouvailles entre Marcelo Bielsa et le Chili, mais aussi car ce même Loco Bielsa a décidé d’écarter les 2 historiques que sont Luis Suárez et Edinson Cavani et de ne pas convoquer les joueurs qui ont été champions du monde U-20 il y a quelques mois. Bielsa est en mode essais et ce, avec seulement 1 joueur de 30 ans (le gardien Sergio Rochet).

Historiquement, l’avantage penche outrageusement du côté Charrua, alors qu’en 9 affrontements dans les qualifs, l’Uruguay a remporté 8 victoires et concédé qu’une seule fois le match nul. La tâche pour les Chiliens est colossale, mais c’est souvent quand on l’attend le moins que la Roja sort son meilleur match. Le Chili devra finalement se passer d’Alexis Sánchez au moins pour ce 1er match, n’étant pas tout à fait à 100%. C’est Alexander Aravena, jeune prodige de l’Universidad Católica, qui pourra montrer l’étendue de son talent en attaque, aux côtés de l’Anglais-Chilien Ben Brereton Díaz.

Prédiction : Match nul

Formation probable Uruguay : Rochet; Nández, Cáceres, Viña, Piquerez; Valverde, Ugarte, De La Cruz; Pellistri, Núñez, Araújo

Formation probable Chili : Cortés; Delgado, Medel, Maripán, Suazo; Núñez, Pulgar, Aránguiz, Vidal; Aravena, Brereton

20h45 : Brésil vs Bolivie, Mangueirão (53 635 places), Belém

Avec probablement le duel le plus inégal de la région, aucune surprise ne devrait se produire dans le nord du Brésil. La Bolivie est là pour apprendre, mais quelques doutes flottent également sur la Seleção, qui devra se débrouiller pour gagner le plus de points possible avant l’arrivée de Carlo Ancelotti quand son contrat sera terminé avec le Real Madrid en 2024.

Prédiction : Victoire du Brésil

La 2e journée de qualifs pour le Mondial nord-américain se déroulera le 12 septembre 2023 #Unis2026

Qui succèdera à River Plate cette année?

La semaine dernière débutait la 57e édition de la Copa Libertadores de América, la Ligue des champions de la CONMEBOL. 12 clubs venant de 11 pays se disputent les 6 dernières places donnant accès à la phase de groupes.

 

River Plate le champion en titre
River Plate champion en titre

Matchs retour de la 1re phase :

*Le chiffre entre parenthèses est le classement de l’équipe selon la CONMEBOL.

mardi 9 février

17 h 30 : Universidad de Chile (17*) vs River Plate de Montevideo (-), Estadio Nacional, Santiago

Match aller : Victoire de 2-0 de River Plate, à Maldonado.

La U devra à tout prix assurer au match retour. Le début de l’ère Sebastián Beccacece, disciple de Jorge Sampaoli, est plutôt chancelant et une élimination précoce serait très difficile à avaler, les Azules étant largement supérieures sur papier et aisément capable de remplir le filet adverse. Grâce à une solide performance de la promesse uruguayenne Michael Santos, la jeune équipe Montevidéennes se place en bonne posture pour sa visite dans la capitale chilienne…et le plus difficile reste à venir. En Libertadores pour la première fois en 83 ans d’existence, les Darseneros devront tenir le coup dans l’intimidant Estadio Nacional de Santiago pour espérer continuer leur joli parcours et peut-être rejoindre Nacional, Palmeiras et Rosario Central dans le Groupe 2.

 

19 h 45 : Caracas FC (43) vs Huracán (72), Estadio Olímpico de la UCV, Caracas

Match aller : Victoire de 1-0 de Huracán à Buenos Aires

Dans une des séries les plus égales de cette 1re phase, c’est grâce au but de l’ailier droit Mariano Speedy González que El Globo part avec une mince avance, mais pas insurmontable pour le club de la capitale vénézuélienne. Los Rojos de Ávila ont encore toutes leurs chances de passer à la phase de groupes et de rejoindre un Groupe 4 très disputé avec Peñarol, Atlético Nacional et Sporting Cristal. Le club argentin, finaliste de la Copa Sudamericana il y a quelques semaines semaine, pourrait tirer profit de cette expérience pour surprendre Caracas.

 

mercredi 10 février

18 h 45 : São Paulo (11) vs Universidad César Vallejo (152), Estadio Morumbí, São Paulo

Match aller : Nul de 1-1 à Trujillo

Littéralement l’un des favoris de la compétition, dotée d’une équipe remplie de qualité à toutes les positions (et malgré le départ du légendaire Rogerio Ceni), São Paulo FC a été cherché un match nul aux abords du Pacifique, grâce entre autres au nouvel enfant chéri argentin Jonathan Calleri et sa définition À la Messi. Le club péruvien avait a priori pris les devants grâce à un incroyable golazo du milieu offensif Alejandro Hohberg, petit fils du légendaire Juan Eduardo Hohberg, ex-gloire de Peñarol dans les années 50 et 60. Los Poetas auront fort à faire au Morumbí pour rejoindre un Groupe 1 assez faible composé de River Plate de Buenos Aires, The Strongest et Trujillanos.

 

19 h 45 : Racing Club (39) vs Puebla (-), Estadio El Cilindro, Avellaneda

Match aller : Nul de 2-2 à Puebla de Zaragoza

nouveau blason utilisé cette annéeLe club d’Avellaneda est venu soutirer un important match nul de 2-2 contre le Puebla FC, grâce à des buts des Argentins Gustavo Bou et Ricardo Noir. Il y avait cependant tension entre Diego Milito et Bou, espérons que cela n’interviendra pas dans la performance de l’équipe au match retour. La Academia est largement favorite devant un club sans grande histoire au Mexique (seulement 2 championnats nationaux), mais qui a pourtant déjà remporté la défunte Coupe des champions de la CONCACAF en 1991! La Franja devra se fier une nouvelle fois sur le petit avant-centre argentin Matías Alustiza, auteur d’un doublé au match aller et meilleur buteur de la Libertadores en 2012 avec Deportivo Quito, pour tenter de rejoindre Boca Juniors, Bolívar et Deportivo Cali dans le Groupe 3.

 

 

jeudi 11 février

17 h 30 : Guaraní (29) vs Independiente del Valle (78), Estadio Defensores del Chaco, Asunción

Match aller : Victoire de 1-0 d’Independiente del Valle à Sangolquí

Grâce au but du défenseur central Luis Caicedo, la Máquina del Valle aborde le match retour avec un léger avantage, mais la qualification ne sera pas facile dans l’antre mythique des Defensores del Chaco, le stade utilisé par la sélection paraguayenne. El Legendario, malheureux demi-finaliste l’an dernier contre le futur champion River Plate, devrait être en mesure de renverser la vapeur et de rejoindre le Groupe 5 composé d’Atlético Mineiro, Colo-Colo et du FBC Melgar.

 

20 h  : Independiente Santa Fe (22) vs Oriente Petrolero (64), Estadio Nemesio Camacho, Bogotá

Match aller : Victoire de 3-1 de Santa Fe à Santa Cruz

Grâce à un doublé du jeune avant-centre colombien Carlos Ibargüen (prêté par Tigres UANL), le champion en titre de la Copa Sudamericana semble se diriger vers une qualification facile au groupe 8 (de la mort?) avec Corinthians, Cerro Porteño et Cobresal. Le match retour, à Bogotá, est presque une mission impossible pour Oriente Petrolero, entraîné tout de même par l’expérimenté basque Xabier Azkargorta, sélectionneur de la Bolivie à son unique participation à la Coupe du monde (États-Unis 1994).

 

La phase de groupes débute dès le mardi 16 février!

 

A.R.R.S.

Suivez le Facebook et le Twitter de La Talonnade pour rester à l’affût de toutes autres nouvelles entourant le monde du ballon rond!

Direction Russie pour les pays d’Amérique du Sud!

C’est enfin le début aujourd’hui des qualifications en CONMEBOL pour la prochaine Coupe du monde 2018, qui aura lieu dans 12 stades en Russie. L’an passé au Brésil, 5 des 6 qualifié sud-américain avaient accroché au minimum les 1/8 de finales et on peut s’attendre à revoir les mêmes pays requalifiés à nouveau pour le prochain Mondial. L’Équateur devra vraisemblablement se battre avec le Pérou, le Venezuela ou encore l’Uruguay pour la 5e et dernière place disponible, donnant accès à un barrage intercontinental contre le champion de l’Océanie. 

Voici un avant-goût des matchs de cette première journée, avec tous les XI probables, mes prédictions et les matchs de la 2e journée, qui auront lieu ce mardi 13 octobre.

conmebol-rusia-2018

Journée 1 – 8 octobre 2015

16 h : Bolivie vs Uruguay, Estadio Hernando Siles, La Paz

Sûrement un des matchs les plus compliqués en Amérique du Sud, la visite uruguayenne dans les Andes boliviennes ne sera pas une partie de plaisir, alors que les Charruas n’ont jamais gagné en 9 matchs éliminatoires en Bolivie. L’expérimenté Egidio Arévalo Rios sera seulement disponible contre la Colombie, les Uruguayens devront se passer en plus de ses 2 plus grandes stars, Luis Suárez et Edinson Cavani. La Bolivie a dû chemin à faire pour renverser la tendance, car les Andins semblent toujours être la plus faible sélection de la CONMEBOL.

XI de la Bolivie et de l’Uruguay

 Uruguay oct 2015Bolivia oct 2015

 

 

 

 

 

 

 

Prédiction : Victoire de l’Uruguay

16 h 30 : Colombie vs Pérou, Estadio Metropolitano Roberto Meléndez, Barranquilla

Les Cafeteros ont a coeur de faire oublier une décevante 1/4 de finale au Chili il y a quelques semaines, et c’est privé de l’enfant prodige James Rodríguez que la Colombie devra débuter ses qualif, se mesurant à un menaçant Pérou, candidat au moins au le barrage intercontinental. Du côté inca, les vétérans Juan Manuel Vargas (genou) et Jefferson Farfán (cuisse) devront passer leur tour.

XI de la Colombie et du Pérou 

Colombia oct 2015

 

Perú oct 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

Prédiction : Match nul

17 h : Venezuela vs Paraguay, Estadio Cachamay, Puerto Ordaz

Malgré une surprenante 4e place à la dernière Copa América, le Paraguay part de loin et devra faire oublier à tout le monde sa très décevante dernière position aux dernières éliminatoires sud-américaines. C’est 3 points que les Caribéens doivent absolument engranger s’ils veulent eux aussi être dans la course pour Russie 2018.

XI du Venezuela et du Paraguay

Paraguay oct 2015Venezuela oct 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prédiction : Victoire du Venezuela

19 h 30 : Chili vs Brésil, Estadio Nacional Julio Martínez Prádanos, Santiago

Pour une des rares fois dans l’histoire, les rôles sont inversés. Le Chili, champion de la dernière Copa América, arrive comme le grand favori, en recevant à domicile un Brésil qui n’est plus l’ombre de lui-même et qui essaye de colmater les brèches par-ci, par-là, afin de redevenir le Brésil d’autrefois. Le Chili doit impérativement aller chercher les 3 points même si Alexis Sánchez et Arturo Vidal sont toujours des cas incertains.  Le Brésil jouera cependant sans Neymar, Coutinho, Danilo et Firmino.

XI du Chili et du Brésil

Chile oct 2015

Brasil oct 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prédiction : Victoire du Chili

20 h : Argentine vs Équateur, Estadio Monumental Antonio Vespuci, Buenos Aires

Sans Lionel Messi, l’Argentine doit se rassurer et donner une victoire à ses partisans, sûrement les plus passionnés au monde. L’Albiceleste a besoin des 3 points et l’Équateur aura fort à faire pour s’imposer dans un stade ou l’Argentine n’a pas perdu en 40 matchs. Alors que les rioplatense peuvent se venter d’avoir eu la meilleure attaque et la 2e meilleure défense des dernières éliminatoires, l’Équateur avait tout de même terminé 3e au niveau des buts accordés pour Brésil 2014.

XI de l’Argentine et de l’Équateur

Argentina oct 2015

Ecuador oct 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prédiction : Victoire de l’Argentine

 

Journée 2 – 13 octobre

17 h : Équateur vs Bolivie, Estadio Olímpico Atahualpa, Quito

18 h : Uruguay vs Colombie, Estadio Centenario, Montevideo

20 h : Paraguay vs Argentine, Estadio Defensores del Chaco, Asunción

21 h : Brésil vs Venezuela, Estadio Castelão, Fortaleza

22 h 15 : Pérou vs Chili, Estadio Nacional, Lima

 

Classement Qualifications Brésil 2014

*Brésil : qualifié d’office (1/2 finaliste)

Argentine : 32 points + 20 (finaliste)

Colombie : 30 points +14 (1/4 de finaliste)

Chili : 28 points +4 (1/8 de finaliste)

Équateur : 25 points +4 (phase de groupe)

Uruguay : 25 points +/-0 (1/8 de finaliste)

Venezuela : 20 points – 6

Pérou : 15 points -9

Bolivie : 12 points -13

Paraguay : 12 points -14

 

*Prédiction Classement Qualifications Russie 2018 (sans ordre précis)

Chili

Argentine

Colombie

Brésil

Uruguay

Pérou

Venezuela

Paraguay

Équateur

Bolivie

 

A.R.R.S.

Suivez le Facebook et le Twitter de La Talonnade pour rester à l’affût de toutes autres nouvelles entourant le monde du ballon rond!